Main Contents

Disparition en mars 2008 du dernier des poilus français de la Grande Guerre

5 juillet 2008

Le dernier des poilus français de 1914-1918 (la « Der des Ders« ) nous a quitté le 12 mars 2008 à un âge plus que vénérable. C’est une page vivante d’histoire qui se tourne, un album photo qui se referme avec la disparition de l’ultime témoin français des combats de la Grande-Guerre (voir l’article dans Wikipédia sur M. Lazare PONTICELLI – ancien combattant français et italien).

Ils ont disparu les uns après les autres, au fil des années, tels les grains d’un sablier si chers à l’ancien combattant et écrivain allemand Ernst Jünger pour lequel je voue une grande admiration. Et dire que j’en ai connu des poilus. Quand j’étais gamin, les anciens du village avaient connu, et pour beaucoup vécu, ce qu’ils appelaient « ch’guerr’ e’ d’quatorz’  » (la guerre de 14 comme on disait dans le Nord).

L’érosion du temps a effacé les visages mais le souvenir de leurs sacrifices, de leurs souffrances, ne tombera pas dans l’oubli car je vois avec plaisir que beaucoup se passionnent pour cette période incroyable. Chacun à sa manière, rendons-leur hommage. (Voir aussi l’article Wikipédia sur les derniers combattants français de la Première Guerre mondiale.)

M. Lazare Ponticelli dernier poilu français de 1914-1918

Filed under: Témoins - témoignages | Comments (3)

3 Comments


  1. Warning: Use of undefined constant sh_avatar - assumed 'sh_avatar' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d139386039/htdocs/militaria-14-18.fr/wp-content/themes/darkpink-reload-21/comments.php on line 32
    Eric 7 juillet 2008 @ 9:54

    Le dernier poilu a disparu… Nous lui avons rendu un dernier hommage. Mais ne laissons pas tomber dans l’oubli que c’est grâce a ces hommes qui ont versé leur propre sang, souffert du froid, de la faim et de la soif, que nous pouvons vivre libres sur notre terre natale. Tant de sacrifices méritent beaucoup d’attention et de reconnaissance. C’est pour celà qu’il faut que nous continuions tous a perpétuer ce souvenir par l’intermédiaire de blogs, sites internet, voire de livres !!!
    N’oublions pas non plus qu’il reste environ 650 000 soldats de toutes nations portés disparus. Alors, s’il vous plaît, lorsque vous trouvez par hasard une plaque d’identité militaire, essayez de chercher plus loin, ou mieux encore, prévenez les autorités de votre découverte. Si une plaque traîne quelque part, peut-être que le corps, ou les restes du soldat ne sont pas loin. N’oubliez pas que, quelque part en France ou ailleurs, une famille a perdu un être cher pendant cette période et que cette dernière n’a pas d’endroit pour se recueillir. Merci d’y penser, car pour moi c’est une autre forme d’hommage que l’on peut leur rendre.


  2. Warning: Use of undefined constant sh_avatar - assumed 'sh_avatar' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d139386039/htdocs/militaria-14-18.fr/wp-content/themes/darkpink-reload-21/comments.php on line 32
    devaux philippe 10 juillet 2008 @ 22:12

    J’ai beaucoup de respect pour cet homme.
    Je suis moi-même petit-fils de combattant.
    Je suis moi-même collectionneur d’uniformologie de 14/18.
    Mais je trouve déplacé de se rendre chez lui avec une tenue de prussien 15.
    Je trouve ça même scandaleux,
    en sachant tout ce que cet homme a pu en baver.
    Il a vu ses camarades, dont ses meilleurs amis, tués.
    Enfin c’est mon opinion.
    Devaux*Philippe

    Réponse de Sturmpionier :
    Merci Philippe pour votre réaction qui lance un débat autour de cette visite en uniformes chez M. Lazare Ponticelli. Je ne connais pas les personnes à l’origine de cette visite-reconstitution chez notre vétéran et donc je ne prendrai pas position mais aimerais juste donner mon avis. ça peut paraître surprenant en effet que l’on rende visite à un ancien poilu dans un uniforme ennemi. Vu son histoire, on aurait pu volontiers l’imaginer encadré par des reconstitueurs en uniformes français (idéalement de Légionnaire) et italien. Pour ma part, je vois dans cette visite en tenue prussienne, non pas une quelconque provocation ou intention déplacée, mais plutôt un souci de souvenir historique européen au-dessus des tensions et des haines, aussi sanglantes soient-elles, qu’ont vécues nos différents pays aujourd’hui amis et unis. Celà à demandé du temps pour cicatriser (et non pas oublier bien entendu) les blessures morales de nos sociétés héritées de ces conflits, afin que les générations actuelles puissent vivrent sereinement cet esprit européen. C’est mon avis, en particulier vis-à-vis de l’Allemagne dont ma famille a également souffert pendant les différents conflits. Cet avis était inconcevable auprès de certains de mes aïeux il y a encore quelques décennies pour qui les « plaies » restaient ouvertes… Ma conception et ma passion pour la Première Guerre mondiale portent sur le combattant de la Grande Guerre, tous camps confondus et sans implication patriotique ou personnelle. Je ne veux pas « refaire » l’histoire en prenant position pour le camp français et entretenir haine et ressentiment. Mon intérêt se porte sur la dure condition de survie de TOUS les combattants, en une vision globale du conflit. Rendons hommage aux combattants et à leur sacrifice et vive l’Europe !


  3. Warning: Use of undefined constant sh_avatar - assumed 'sh_avatar' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d139386039/htdocs/militaria-14-18.fr/wp-content/themes/darkpink-reload-21/comments.php on line 32
    NICO30 9 août 2009 @ 0:15

    Tout à fait d accord avec cette opinion Sturmpionier. Nous nous devons de dépasser les ressentiments qui nous opposaient jadis et ne se soucier aujoud hui qu à l’Homme ; peu importe sa nationnalité. Dans un conflit comme la WW1 les combattants étaient autant des ennemis par les ordres qu on leur imposaient , que des frères devant la peur , la mitraille ou la mort.
    Sinon, je cherche désespérement des témoignages (écrits ou videos) de soldats allemands. merci de me répondre si solus à+

    Merci Nico, on s’est bien compris. Ciao, Alain (Sturmpionier à ses heures)

Leave a comment