Main Contents

Billet français de 5 francs violet type 1917 (émis le 30 janvier 1918)

31 août 2009

Recto à l’effigie d’une femme casquée (en médaillon) du billet de 5 francs violet type 1917 (date d’émission le 30 janvier 1918)

Recto du billet français de 5 francs violet type 1917 (émis le 30 janvier 1918)

Recto du billet français de 5 francs violet type 1917 (émis le 30 janvier 1918)

Petit billet aux couleurs violet et mauve de 5 Frs. du temps de guerre (première émission en 1917) présentant au recto l’effigie à la femme casquée, symbole de la France en guerre et du  sentiment national (le pays est alors plongé dans la guerre totale). Dimensions : 12,6 cm x 8,1 cm. Lettre L ; n° de série Z.595 & n° d’ordre 636 ; n° de contrôle à huit chiffres 14873636. Signatures du Caissier Principal et du Secrétaire Général.

Détail du médaillon à l’effigie de la femme casquée représentant la France en guerre (billet de 5 francs violet type 1917)

Effigie à la femme casquée représentant la France en guerre (billet de 5 francs violet type 1917)

Effigie à la femme casquée représentant la France en guerre (billet de 5 francs violet type 1917)

Billet peint par Duval et Walhain puis gravé par Romagnol et Deloche (les deux noms en gras figurent sur ce médaillon). Le filigrane (non visible sur les photos) représente l’effigie d’un jeune guerrier, un jeune soldat, et s’inspirerait de « La Marseillaise« , composition de François Rude, qui orne l’arc de triomphe de l’Étoile.

Verso à l’effigie d’un débardeur (dans un port avec des voiliers) du billet de 5 francs violet type 1917 (émis le 30 /01/1918)

Verso du billet français de 5 francs violet type 1917 (émis le 30 janvier 1918)

Verso du billet français de 5 francs violet type 1917 (émis le 30 janvier 1918)

Le verso de ce billet violet représente un débardeur encapuchonné (ou docker)  dans un port remontant sur le quai à l’aide d’une échelle, un sac volumineux sur l’épaule. Des navires (voiliers de différentes tailles) se trouvent à l’arrière-plan. Remarquez le chiffre « 5«  seul (sans « Fr ») et le motif style chaîne d’ancre qui encadre ce verso du billet

Cet exemplaire de billet n’est malheureusement pas en bonne condition, présentant trou, déchirure et taches. Mais bon, en collection les billets français anciens sont plus rares et fragiles, donc bien plus chers que ceux allemands par exemple.

Important : Veuillez ne pas me demander la cote ou valeur des billets et monnaies car je ne possède pas les ouvrages spécialisés — Please don’t ask me the price of notes and coins because I don’t have specialized books Bitte fragen Sie mich nicht der Preis von Banknoten und Münzen, weil ich keine speziellen Bücher haben.

Filed under: Billets France | Leave a comment

Part de 100 Dollars dans les actions de la Cie de navigation maritime américaine (Marine Navigation Company of America) en date du 1er septembre 1918

30 août 2009

Part de 100 Dollars (one share of hundred Dollars) au nom de Frank Martin dans les actions (stock) de la compagnie de navigation maritime américaine (Marine Navigation Company of America) au capital de 100000 Dollars ($), signée le 01/09/18 (1st September 1918.)

Action Cie de navigation maritime américaine (Marine Navigation Company of America) septembre 1918

Action Cie de navigation maritime américaine (Marine Navigation Company of America) septembre 1918

Belle part d’actions maritimes vers la fin de la guerre (one share of capital stock) enregistrées dans l’Etat de New-York. Dimensions : 23,5 x 20,7 cm. Belles illustrations, verso de l’action vierge.

Détails des illustrations de action Cie de navigation maritime américaine 1918

Détails des illustrations de action Cie de navigation maritime américaine 1918

Filed under: Titres - actions et obligations | Leave a comment

Un Granatenwerfer allemand Mle 1916 de fouille ! – ligne Hindenburg, secteur Cambrai (Nord)

29 août 2009

Jour de chance en fouille : Un lance-grenades allemand Granatenwerfer Mle 1916 (ligne Hindenburg, secteur de Cambrai, Nord)

Superbe trouvaille de l’hiver dernier que cette épave de lance-grenades allemand Granatenwerfer modèle 1916 sur la ligne Hindenburg (zone de la « Siegfried Stellung« , secteur de Cambrai – Nord) ! [Ou Granaten-Werfer, Granatwerfer – surnommé aussi “Priesterwerfer” car conçu par un prêtre hongrois !] Depuis le temps que je rêvais d’en trouver un :-).

Granatenwerfer allemand Mle 1916 de fouille (côté droit)

Granatenwerfer allemand Mle 1916 de fouille (côté droit)

Même sans le socle c’est déjà balaise à sortir comme matos car il pèse environ 22 Kg à peine décrotté le pépère ! [Pour les (anciens) militaires, c’est le poids de 2 de nos mitrailleuses AA52 réunies.] Quasi complet et intact, on voit ci-dessus sur le côté droit la manette légèrement tordue (réarmement ?) et la détente bien présente (et même encore mobile !)

Granatenwerfer allemand Mle 1916 de fouille (côté gauche)

Granatenwerfer allemand Mle 1916 de fouille (côté gauche)

Vue du côté gauche de l’épave du Granatenwerfer (côté qui a le plus souffert). Il est quasi-complet sauf le guide/hausse courbe gradué en quart de cercle (Quadrant ) cassé (on voit bien la fracture à l’image). Il manque aussi la clef de serrage en « T » qui venait se visser du même côté que le guide/hausse courbe (j’en cherche une idéalement de fouille pour s’accorder avec l’ensemble). Le lance-grenades est donc en position affaissée puisque non verrouillé par cette clef de serrage.

Granatenwerfer allemand Mle 1916 de fouille (dessus)

Granatenwerfer allemand Mle 1916 de fouille (dessus)

Vue de dessus de l’épave du Granatenwerfer allemand Mle 16. Vous aurez sans doute reconnu en plus sur les photos un mécanisme de rechange pour mitrailleuse allemande de 1914-1918 en bel état pour une épave (brut de fouille), trouvé en détection dans un bosquet du même secteur. C’était pourtant à faible profondeur dans le terreau et j’aurais cru qu’il serait plus « bouffé », en ayant sorti un autre en forêt à quelques kilomètres de distance, lui beaucoup plus oxydé.

Très satisfait de cette virée et je peux parler de « coup de bol » car je suis tombé sur le Granatenwerfer sans détecteur (déterré par des engins de terrassement au bord de la route). En inspectant les tas de terre retournée, j’ai reconnu tout de suite la forme de la grosse poignée et sa tige qui pointait. Un vrai cadeau tombé du ciel (ou plutôt remonté à la surface) qui s’est vite retrouvé dans mon coffre de voiture malgré son poids ! Comme quoi ce genre de découverte est rare mais toujours possible. (Traitement prévu pour sa conservation comme pièce de fouille.)

Filed under: Armes, Lance-grenades | Comments (5)

Le billet de 100 Mark de Bavière (Bayerische Banknote – Hundert Mark) en date du 01 janvier 1900

25 juillet 2009

Recto du billet bavarois de 100 Mark (Bayerische Banknote – Hundert Mark) daté du 01 janvier 1900 à Munich (München, den 1. Januar 1900.)

Recto du billet bavarois de 100 Mark (Bayerische Notenbank - Hundert Mark) daté du 01 janvier 1900

Recto du billet bavarois de 100 Mark (Bayerische Notenbank - Hundert Mark) daté du 01 janvier 1900

Recto de couleur bleu clair pour ce beau billet. Dimensions : 15,9 x 10,7 cm.

Verso du billet de 100 Mark de Bavière (Bayerische Notenbank – Hundert Mark) en date du 01 janvier 1900 avec signature dans le coin en bas à droite

Verso du billet de 100 Mark de Bavière (Bayerische Notenbank - Hundert Mark) en date du 01 janvier 1900 (avec signature)

Verso du billet de 100 Mark de Bavière (Bayerische Notenbank - Hundert Mark) en date du 01 janvier 1900 (avec signature)

Verso de couleur marron nuancée de bleu clair. Les billets portent une signature ajoutée dans le coin en bas à droite; personne différente selon les séries (vu 5 différentes pour l’ensemble des numérotations de billets qui suivent).

Les séries de mes billets sont tous à 7 chiffres dont voici quelques numéros : 1312013, 1506432, 1535438, 1925787, 2044793, 2115521

Une question pertinente est soulevée par François, un internaute  :  Pourquoi une émission en Bavière et non par la Reichsbank, banque impériale ? Toute info bienvenue.

Important : Veuillez ne pas me demander la cote ou valeur des billets et monnaies car je ne possède pas les ouvrages spécialisés — Please don’t ask me the price of notes and coins because I don’t have specialized books Bitte fragen Sie mich nicht der Preis von Banknoten und Münzen, weil ich keine speziellen Bücher haben.

Filed under: Billets Allemagne | Leave a comment

Partie de Skat dans une tranchée (photo de soldats allemands jouant aux cartes pendant la Première Guerre mondiale)

2 juillet 2009

Sympathique moment de détente pour ces Landser allemands qui jouent au Skat (jeu de cartes) et prennent le soleil dans la tranchée (position reculée ou secteur apparemment calme)

Photo de soldats allemands se détendant au soleil en jouant au Skat (jeu de cartes) dans une tranchée

Photo de soldats allemands se détendant au soleil en jouant au Skat (jeu de cartes) dans une tranchée

Belle photo de ces trois Landser allemands s’affrontant le temps d’une partie de cartes (partie classique de Skat à trois joueurs) autour d’une table de fortune dans une tranchée ensoleillée. Trois camarades les observent  ou sont venus poser pour la photo (comme celui du centre qui nettoie en fait le canon de son fusil). Le secteur a l’air « pépère » et les tenues sont détendues (chemises), voire relachées pour certains (têtes nues et vestes déboutonnées) du fait de la météo agréable.

Détail des trois soldats allemands joueurs de Skat (jeu de cartes)

Détail des trois soldats allemands joueurs de Skat (jeu de cartes)

Les expressions sont intéressantes sur ce cliché où le soldat au centre et en particulier le gradé à gauche fixent le soldat de droite comme pour interprêter ses intentions de jeu. La partie semble débuter et celui qui remportera les annonces d’enchères va devoir affronter les deux autres joueurs. Belle photo souvenir  de ce moment ludique mais certainement acharné.

Détails des cartes du soldat de droite aux motifs traditionnels

Gros plan sur les cartes du soldat de droite aux motifs traditionnels

Cette vue en gros plan du jeu tenu en main par le soldat de droite, on peut distinguer qu’il s’agit-là des couleurs traditionnelles des cartes à jouer allemandes (voir détail des couleurs ci-dessous). Source : Photo-CD Der I. Weltkrieg in Bildern [La Première Guerre mondiale en images].

Le Skat, un jeu de cartes (Kartenspiel) traditionnel en Allemagne

Le Skat est un jeu de cartes originaire d’Allemagne (début du XIXe siècle) où il est extrêmement populaire. Il se joue avec un jeu de 32 cartes. À l’origine, il se pratiquait avec un jeu traditionnel allemand dont les couleurs sont Feuille (Blatt), Cœur (Herz), Grelot (Schelle / Schellen) et Gland (Eichel). Le Skat se joue à trois joueurs ou plus. Mais à chaque tour de jeu, seuls trois joueurs sont actifs.

Couleurs des jeux de cartes traditionnel et moderne (source Wikipédia)

Couleurs des jeux de cartes traditionnel et moderne (source Wikipédia)

Une variante très répandue existe aussi à quatre joueurs sous le nom de Geberskat : Le quatrième joueur bat et donne les cartes mais ne joue pas (et ceci à tour de rôle), son sort étant lié à celui de la défense.

Pour en savoir plus sur le Skat et ses règles du jeu :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Skat

http://jeuxdecartes42.site.voila.fr/skat.html

Règlement international du Skat

Filed under: Jeux - divertissements - spectacles, Photographies - cartes postales | Comments (1)

Avis mortuaire (Sterbebild) du soldat Johann Neumeier de la 5e Tragtier-Kolonne bavaroise mort en Serbie le 14 octobre 1918 et frère présumé ou parent de Joseph Neumeier (Sterbebild précédent)

17 juin 2009

Sterbebild (avis mortuaire) du frère présumé (ou parent) de Joseph Neumeier (voir Sterbebild article précédent), le soldat bavarois Johann Neumeier de la 5e Tragtier-Kolonne (colonne de transport par bêtes de somme) mort en Serbie le 14 octobre 1918 à l’âge de 24 ans

Recto du Sterbebild du Soldat Johann NEUMEIER de la 5e Tragtier-Kolonne mort le 14 octobre 1918 en Serbie

Sterbebild du Soldat Johann NEUMEIER de la 5e Tragtier-Kolonne bavaroise mort le 14 octobre 1918 en Serbie

Johann Neumeier serait un frère présumé ou parent de Joseph Neumeier (Gefreiter au 3e Jäger Regiment dont le Sterbebild était présenté dans l’article précédent – les deux Sterbebilder proviennent  du même vendeur en Autriche). Ils sont en effet de la même petite localité (Moosleiten) et paroisse catholique (Weildorf) en bavière. La comparaison de leurs portraits ne les oppose pas physiquement (on peut même leur trouver une certaine ressemblance physique).

Photo du bavarois Johann Neumeier mort le 14 octobre 1918 en Serbie

Photo du bavarois Johann Neumeier mort le 14 octobre 1918 en Serbie

Leur avis mortuaire est de la même facture, réalisé par le même imprimeur. Ce Sterbebild se replie comme un livret. Les dimensions, légèrement plus petites ici que pour celui de Joseph (document ouvert comme sur la première photo), sont de 10,3 cm de haut x 13 cm de large.

Détails du Sterbebild du Soldat Johann NEUMEIER de la 5e Tragtier-Kolonne bavaroise mort le 14 octobre 1918 en Serbie

Détails du Sterbebild du bavarois Johann NEUMEIER de la 5e Tragtier-Kolonne mort le 14 octobre 1918 en Serbie

Motifs religieux et militaires mêlés identiques composant l’en-tête  de ce Sterbebild au patriotisme affiché : Une baïonnette dans son fourreau croisée avec une croix chrétienne (genre croix de bois simple de cimetière militaire), sur lesquelles repose un bonnet de police, l’ensemble symbolisant donc le soldat mort au champ d’honneur.

Johann Neumeier est mort à l’âge de 24 ans (né vers 1894 – environ 1 an de plus que le chasseur Joseph Neuemeier), après 47 mois de service (« treuer Pflichterfüllung » que l’on pourrait traduire par « dans l’accomplissement fidèle de son devoir ») ! Pas de tombe connue. Et dire qu’à quelques semaines près il aurait pu survivre à cette guerre…

Verso du Sterbebild du bavarois Johann NEUMEIER mort le 14 octobre 1918 en Serbie

Verso du Sterbebild du bavarois Johann NEUMEIER mort le 14 octobre 1918 en Serbie

Le verso de ce Sterbebild est classiquement religieux et patriotique.  Johann Neumeier était catholique comme nous le confirme la double présence du Christ. Le volet de gauche (Christ sur la croix) présente un extrait du Psaumes 21 (des Livres poétiques de l’Ancien Testament) suivi d’une citation du pape Pie IX (ici en latin « Pius IX « ), pape italien de son nom civil Giovanni Maria Mastai Ferretti (1792-1878).

Sur le volet de droite, le Christ sauveur venant réconforter le soldat tombé au champ d’honneur est un grand classique de la propagande patriotique véhiculée par les avis mortuaires allemands. Dessous, un extrait de « Geh. Offenb. 14  » : << Selig sind die Toten, die im herrn starben. Von nun an, Spricht der Geist, sollen sie ruhen von ihren Mühen.>> que l’on pourrait traduire par : « Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur. Maintenant dit l’Esprit, ils doivent se reposer de leurs efforts. »

J’ai découvert que ce texte s’inspire du verset 13, psaume 14  de l’Apocalypse (la révélation de Jésus Christ – Offenbarung en allemand) : Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs oeuvres les suivent.

Filed under: Avis mortuaires (Sterbebilder) - Faire-parts de décès, avis de décès | Comments (2)

Sterbebild (avis mortuaire) du Gefreiter bavarois Joseph Neumeier du 3e Jäger Regiment mort de ses blessures le 22 avril 1918 à Moreuil et visite de sa tombe au cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

25 mai 2009

Recto du Sterbebild (avis mortuaire) du chasseur de 1ère classe (Gefreiter ) bavarois Joseph NEUMEIER, du 3e Jäger Regiment (unité d’élite de l’Alpenkorps). Blessé au ventre (Bauchschuß ) le 18/04/1918 lors de la reprise des coups de boutoir de la grande offensive du printemps 18 (Kaiserschlacht) en direction de Villers-Bretonneux, il succombe à ses blessures le 22/04/1918 à Moreuil (Somme) à l’âge de 23 ans

Recto du Sterbebild du Gefreiter Joseph NEUMEIER du 3e Jäger Regiment mort de ses blessures le 22 avril 1918 à Moreuil (Somme)

Recto du Sterbebild du Gefreiter Joseph NEUMEIER du 3e Jäger Regiment mort de ses blessures le 22 avril 1918 à Moreuil (Somme)

Ce Sterbebild se replie comme un livret. Les dimensions (document ouvert comme sur la photo) sont 10,8 cm de haut x 13,7 cm de large.

Joseph Neumeier est dit chasseur de 1ère classe à la 1ère compagnie du 3e régiment de Chasseurs (Gefreiter beim 3. Jäger=Regiment, 1. Komp.). Cette unité d’élite appartient aux troupes de montagne de l’Alpenkorps (corps alpin). Il est décoré de la Croix de Fer (Eisernen Kreuz) et de la Croix du Mérite Militaire (Verdienst-Kreuz) avec couronne (Krone) et épées (Schwertern).

détails du Recto du Sterbebild du Gefreiter Joseph NEUMEIER du 3e Jäger Regiment mort de ses blessures le 22 avril 1918 à Moreuil (Somme)

Détails du recto du Sterbebild du Gefreiter Joseph NEUMEIER du 3e Jäger Regiment mort de ses blessures le 22 avril 1918 à Moreuil (Somme)

Joseph Neumeier serait le fils d’un lieur (?) [« Binder » – toute info bienvenue]  de Moosleiten (voir détails ci-dessous). Âgé de 23 ans (né vers 1895) ,  il est blessé au ventre (Bauchschuß verwundet – lit. « tir au ventre ») le 18 avril 1918 dans la Somme mais décèdera 4 jours plus tard au poste de premier secours principal (Hauptverbandplatz – lit. « place de pansage principale ») à Moreuil (« bei Moreuil  » selon les archives du  Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e.V. – voir en fin d’article). Notre blessé n’a pas été évacué vers un hôpital : Si les conditions d’évacuation dans cette zone de combats le permettaient, était-il intransportable ou son cas jugé désespéré ? Les blessures au ventre étant particulièrement douloureuses, on peut imaginer ce qu’a dû être son agonie…

Remarquez les motifs religieux et militaires mêlés qui composent l’en-tête  de ce Sterbebild au patriotisme affiché : Une baïonnette dans son fourreau croisée avec une croix chrétienne (genre croix de bois simple de cimetière militaire), sur lesquelles repose un bonnet de police, l’ensemble symbolisant le soldat mort au champ d’honneur.

Carte de Moosleiten et Weildorf (Bavière), localité et paroisse du soldat défunt

Carte de Moosleiten et Weildorf (Bavière), localité et paroisse du soldat défunt

Joseph Neumeier est originaire de la petite localité de Moosleiten en Bavière (à l’est de la ville Teisendorf située à gauche sur la carte sans le nom affiché). Il est dit  de la paroisse (« Pf. » pour Pfarrei – ici paroisse catholique) de Weildorf au nord de Moosleiten qui ne sont qu’à quelques kilomètres à l’ouest de la frontière et de la ville autrichienne proche de Salzburg (pour la petite histoire, cet avis mortuaire vient justement d’Autriche).

Portrait du chasseur de 1ère classe Joseph Neumeier (Jäger Regiment 3 ) sur son avis mortuaire (Sterbebild )

Photo du Gefreiter Joseph Neumeier du 3e Jäger Regiment sur son avis mortuaire (Sterbebild)

Photo de Joseph Neumeier du 3e Jäger Regiment

On peut discerner sur la photo de l’avis mortuaire de Joseph Neumeier du Jäger Regiment 3, l’insigne des troupes de montagne allemandes de l’Alpenkorps (corps alpin), soit la fameuse fleur des Alpes, l’Edelweiß / Edelweiss fixé sur le bandeau du bonnet de police côté gauche (au dessus de l’oreille gauche, à droite sur la photo).

Se distingue également sur sa jambe gauche au premier plan, le renfort de genou en cuir utilisé par les troupes de montagne et repris ensuite par les troupes d’assaut (Sturmtruppen).

Verso du Sterbebild (avis mortuaire) du Gefreiter Joseph Neumeier décédé à Moreuil (Somme) le 22/04/1918 des suites de ses blessures

Verso du Sterbebild (avis mortuaire) du Gefreiter Joseph Neumeier décédé à Moreuil (Somme) le 22/04/1918 des suites de ses blessures

Verso du Sterbebild (avis mortuaire) du Gefreiter Joseph Neumeier décédé à Moreuil (Somme) le 22/04/1918 des suites de ses blessures

Sur le volet de gauche de ce verso, la représentation du Christ sur la croix confirme que notre soldat est de confession catholique (religion majoritaire en Bavière). Le proverbe latin « Consummatum est !  » (signifiant « Tout est consommé !« ) fait référence aux dernières paroles de Jésus-Christ sur la croix.

Le volet de droite de se verso présente une scène de champ de bataille où interviennent les forces divines, illustrant un verset biblique très emprunt de patriotisme : « Wenn Gott für uns kämpft, wer ist wider uns ?  » – « Röm. 8, 31.  »  qui se traduit par « Si Dieu combat pour nous, qui est contre nous ? » Inspiré de l’Epître de Paul aux Romains (Nouveau Testament), chapitre 8, verset 31 (bible Louis Segond, 1910) : « Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? « 

Visite au cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme) – Deutsche Kriegsgräberstätte 1914-1918

Plaque du cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme) - Deutsche Kriegsgräberstätte 1914-1918

Plaque du cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme) - Deutsche Kriegsgräberstätte 1914-1918

Le cimetière militaire allemand de Montdidier se situe au nord de la ville, juste après le cimetière communal en sortant sur la D 329 en direction de Warsy.

8051 soldats reposent dans le cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

8051 soldats reposent dans le cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

Plaque au sol à l’entrée du cimetière allemand 1914-1918 de Montdidier : Dans ce cimetière militaire reposent 8051 soldats allemands (Auf diesem Friedhof ruhen 8051 Deutsche Soldaten).

Une vue du cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

Une vue du cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

Une autre vue du cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

Une autre vue du cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

Joseph Neumeier inscrit dans le registre du cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

Joseph Neumeier inscrit dans le registre du cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

Il s’agit bien de notre homme mais ici la date de décès diffère de quelques jours (« 19 avril  » 1918 au lieu du 22 avril comme précisé sur le Sterbebild). J’accorderais plus de crédit à la date du 22/04/1918 citée par la famille, selon en principe les informations communiquées à l’époque par les autorités militaires qui n’avaient aucun intérêt à mentionner une agonie de 4 jours si tel n’était pas le cas !

Notre Gefreiter ne repose pas dans une tombe individuelle (croix) mais dans l’unique tombe collective de ce cimetière militaire (« Kam.-Grab  » pour Kameradengrab, lit. « tombe de camarades »).

Kameradengrab (tombe collective) du cimetière militaire allemand de Montdidier

Kameradengrab (tombe collective) du cimetière militaire allemand de Montdidier

Une des plaques de la tombe collective (Kameradengrab) du cimetière militaire allemand de Montdidier

Une des plaques de la tombe collective (Kameradengrab) du cimetière militaire allemand de Montdidier

Joseph Neumeier sur la plaque de la tombe collective (Kameradengrab) - cimetière militaire allemand de Montdidier

Joseph Neumeier sur la plaque de la tombe collective (Kameradengrab) - cimetière militaire allemand de Montdidier

Grille du cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

Grille du cimetière militaire allemand de Montdidier (Somme)

Détail des croix de la grille du cimetière allemand de Montdidier au motif du « Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e.V.« . Le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge est une organisation humanitaire chargée par le gouvernement de la République fédérale d’Allemagne de recenser, préserver et entretenir, à l’étranger, les sépultures des victimes de guerre allemandes.

Filed under: Avis mortuaires (Sterbebilder) - Faire-parts de décès, avis de décès, Tombes individuelles, collectives (Kameradengräber) et ossuaires, militaires ou civils | Leave a comment