Main Contents

Obus de 18 Pounder britannique non éclaté

7 septembre 2008

Obus de 18 Pounder britannique percutant de type brisant (explosif) retrouvé non explosé sur le terrain (calibre 3,3 inches soit environ 84 mm) : Spécimen en bel état intéressant pour la photo uniquement car non tiré, dangereux

Obus de 18 Pounder britannique non éclaté (18 livres – abrév. « pdr » ou sur les douilles poudrières « PR » – calibre 3,3 inches soit env. 84 mm). Obus percutant de type brisant chargé en explosif, donc à la paroi plus épaisse que pour un obus antipersonnel à balles (shrapnels) photographié dans le secteur de la ligne Hindenburg – Cambrai (Nord). Munition dangereuse non explosée et bien sûr laissée sur place ! La photographie est la seule manière de vous présenter en sécurité cet engin que j’ai évidemment laissé sur le terrain.

Mais quel que soit l’état extérieur de la fusée (même lorsque cassée à ras du col de l’engin), ces obus n’en restent pas moins des munitions actives et dangereuses.

+ + + NE PAS TOUCHER, DANGER ! + + + [Voir la page Sécurité]

Surtout ne manipulez pas et ne transportez pas ces engins non explosés ! Laissez faire les spécialistes du Service du déminage de votre région.

Obus brisant de 18 Pounder britannique non explosé

Obus brisant de 18 Pounder britannique chargé (non tiré) retrouvé sur le terrain

Bien que ce calibre d’obus (shell en anglais) soit la munition d’artillerie britannique la plus fréquemment rencontrée sur le champ de bataille (surtout les enveloppes vides plus fines des obus à balles ou shrapnels), l’intérêt de cet exemplaire est qu’il n’a pas été tiré, sa bague ou ceinture d’obus est vierge (sinon la bague de cuivre aurait été marquée par les rayures du canon lors du tir).

Détails de la tête ou fusée en laiton de cet obus percutant et de ses marquages (lot de mars 1917)

Une vue de la fusée de cet obus brisant de 18 Pounder britannique

Une vue de la fusée de cet obus brisant chargé de 18 Pounder britannique

Du fait qu’il n’ait pas été tiré, cet obus est plutôt bien conservé et notamment sa tête ou fusée en laiton non endommagée comme lors de l’impact d’un obus qui « rate », n’explose pas. Cette fusée  offre de beaux marquages en plus de celui classique du matériel britannique que les français appellent patte d’oie (signe /|\ ), de son vrai nom broad arrow (flèche large).  Désolé pour la photo floue prise avec un téléphone ! On peut lire le numéro de lot « 3 – 17 LOT D » daté apparemment de mars 1917. Ça pourrait être une fusée percutante N° 101 ?

Marquages sur fusée obus de 18 Pounder britannique non éclaté

Marquages sur fusée obus de 18 Pounder britannique non éclaté

UXO ou munition non explosée – unexploded ordnanceBlindgänger

Une munition non explosée, non éclatée, se dit unexploded ordnance en anglais (sigle international UXO) voire aussi explosive remnants of war (lit. « restes explosifs de guerre » – sigle ERW) ou encore Blindgänger en allemand (lit. « raté » pour « obus non éclaté »).

Filed under: Fusées d'obus, de projectiles (fuze - Zünder), Munitions non explosées (international UXO), Obus | Comments (3)

3 Comments


  1. Warning: Use of undefined constant sh_avatar - assumed 'sh_avatar' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d139386039/htdocs/militaria-14-18.fr/wp-content/themes/darkpink-reload-21/comments.php on line 32
    eric 8 septembre 2008 @ 19:31

    Bonjour à tous,il est évident qu’il faut suivre ces quelques conseils de base au sujet des explosifs et leurs dérivés. Il faut noter aussi qu’il est dangereux de s’aventurer seul dans une sape ou un abri dont l’état laisse apparaître les outrages du temps (humidité particuliérement). Une sape qui se trouve être un « tunnel » sans béton autour ou tôle métro est très dangereuse. Alors, a tous les collectionneurs et autres curieux, faîtes attention.


  2. Warning: Use of undefined constant sh_avatar - assumed 'sh_avatar' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d139386039/htdocs/militaria-14-18.fr/wp-content/themes/darkpink-reload-21/comments.php on line 32
    NICO30 10 septembre 2009 @ 1:14

    Bonsoir Sturmpionier,
    Juste une question de profane : Lors de vos recherches sur le terrain, êtes-vous muni d’un détecteur et d’outils pour creuser ? Si oui, comment être sûr de ne pas se faire exploser en tombant sur un obus non éclaté ?
    Je ne connais pas bien les techniques de détections mais je suppose que l’appareil ne précise pas quelle pièce il a repéré !
    Merci de m’éclairer, Nico
    – – –
    En réponse à Nico,
    Je fais plus souvent de la prospection visuelle au sol comme lors de cette prise de vue de cet obus, que de recherches au détecteur (c’est selon les possibilités). Avec les années d’expérience en fouille, votre question me surprend un peu mais rassurez-vous, je ne pioche pas sur les obus lors de mes recherches. Effectivement, le détecteur va vous situer précisément la cible (méthode croisée, pinpoint ) mais vous laisse aveugle sur la possibilité de danger. La règle d’or en détection est de ne jamais creuser directement sur la cible, mais un peu plus en avant par exemple et ramener vers soi à plat avec la pelle pliante ou le piochon.

    En dégageant bien la surface et en travaillant par couches, si possible à plat (selon les difficultés du terrain parfois très dur), vous verrez apparaître l’objet et même bien souvent en militaria l’oxydation, les traces de rouille qui le précèdent. On sonde si nécessaire pour repérer la profondeur et l’on dégage délicatement autour à l’aide d’un outil plus précis afin d’identifier la découverte. De cette manière vous saurez à quoi vous en tenir en minimisant le risque d’abîmer l’objet. Vous pourrez de cette manière découvrir et identifier un obus chargé, dangereux, par exemple, sans avoir eu à le dégager du sol.

    Cette méthode fait remuer plus de terre, est plus fatiguante mais vous apporte une bien meilleure sécurité. Il faut savoir ce que l’on veut et je déconseille vivement les fouilles aux terrassiers impatients ou trop paresseux. J’ajouterais fouillez proprement : On rebouche toujours bien ses trous, car ce manquement caractéristique chez certains novices ou paresseux fait du tort à l’ensemble des prospecteurs et gâche la beauté des lieux (n’associons pas les prospecteurs aux destructeurs ou pollueurs).

    Ce comportement de fouilleur prudent et délicat est impératif question sécurité dans des zones où vous risquez de trouver des munitions, et reste valable pour toute recherche (telles les monnaies) afin de ne pas détériorer les objets. J’en appelle ensuite au bon sens du prospecteur pour ne pas manipuler ni emporter ce qu’il ne connaît pas en militaria ou ce qui est dangereux.

    Mes recherches ne m’ont ainsi jamais posé de problème. D’ailleurs les labours et travaux de terrassement ressortent involontairement chaque années bien plus d’obus non éclatés que les prospecteurs. Ces terrassements aveugles les exposent parfois à des risquent réels avec certaines munitions explosives ou à gaz (et croyez-moi, ils en voient passer des obus sur les chantiers), à la différence du prospecteur qui peut bien repérer sa cible et agir en conséquence. J’espère vous avoir un peu plus renseigné (et rassuré ;-) sur la prospection en militaria. Cordialement,

    Alain (Sturmpionier)


  3. Warning: Use of undefined constant sh_avatar - assumed 'sh_avatar' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d139386039/htdocs/militaria-14-18.fr/wp-content/themes/darkpink-reload-21/comments.php on line 32
    NICO30 11 septembre 2009 @ 0:23

    Bonsoir Sturmpionier,
    Merci pour votre réponse qui m’a bien éclairé sur la prospection en militaria.
    Dans le Midi (et surtout aux alentours de Nîmes), nous trouvons essentiellement des pièces de monnaies gallo-romaines ou des objets de l’époque médiévale que nous repérons également grâce à la méthode croisée. Le types de vestiges, le sol très dur et très caillouteux et enfin l’ancienneté de ces pièces (donc leur profondeur) font que l’aspect manuel de la tâche est assez différent de celui que vous employez. Sans vouloir minimiser votre labeur !!
    Enormément de patience et de sueur à cause de ce sol calcaire !! Mais ça en vaut la peine bien sûr ! La région de Nîmes est riche en vestiges anciens mais rien qui explose !!
    Nico

Leave a comment

Login